Lancement du Plan d'action pour prévenir l'introduction et la propagation des espèces exotiques envahissantes

Actualités

Thématique : Suivi des ravageurs, des maladies des plantes, des espèces envahissantes

Région : Échelle nationale

À l’occasion d’un déplacement dans la Marne ce mardi 15 mars, Bérangère Abba, secrétaire d’État chargée de la Biodiversité, a annoncé le lancement du plan d’action pour prévenir l’introduction et la propagation des espèces exotiques envahissantes.

Faisant partie des exigences fixées par le règlement européen relatif aux EEE (N°1143/2014), ce plan vient en renfort du volet prévention de la Stratégie nationale relative aux EEE adoptée en 2017. Il pose les bases d’une action collective pour la prévention de l’introduction et de la propagation des EEE les plus préoccupantes au niveau européen ou national, en renforçant notamment la détection précoce et la réaction rapide.  Il couvre l’ensemble du territoire national (métropole et territoires ultramarins, avec certaines dispositions renforcées pour ces derniers) et propose des priorités d’intervention dans 4 volets et 19 actions :

  • Communiquer, sensibiliser et former les particuliers et les structures produisant, détenant ou concernées par les EEE ;
  • Élaborer des guides d’informations pratiques sur les espèces exotiques envahissantes, en mobilisant les filières concernées ;
  • Consolider le cadre réglementaire, notamment en matière de contrôles ;
  • Mobiliser et renforcer les moyens administratifs et judiciaires pour s’assurer de la bonne application des dispositions législatives et réglementaires.

 

Il est téléchargeable sur ce lien : https://www.ecologie.gouv.fr/sites/default/files/20220315_EEE_VDEF.pdf

Afin de pouvoir intervenir sur les EEE déjà implantées sur le territoire, la Secrétaire d’État a souhaité accompagner ce plan de la mise en place d’opérations « coup de poing ». Ce programme exceptionnel sera mis en place de 2022 à 2025 et permettra la mise en œuvre de 500 opérations de gestion. En 2022, il bénéficiera d’un soutien de 1,5 millions d’euros du ministère de la Transition écologique.

Les modalités de mise en œuvre de ce programme ne sont pas encore connues et seront communiquées dès que possible sur le site internet du Centre de ressources EEE.