Construction d’une méthodologie intégrative de caractérisation de l’exposition spatialisée : application aux pesticides

Actualités

Thématique : Impacts des produits phytos

Région : Échelle nationale

Ce projet vise à construire une méthodologie intégrative qui permet de représenter sur une carte, à une résolution spatiale fine, les expositions des populations à différents polluants, en fonction du lieu de résidence des personnes. Ce travail de cartographie permet également d’analyser les déterminants d’exposition.

La méthode a été testée sur une famille de pesticides, les pyréthrinoïdes, les niveaux d’exposition de la population française à ces substances étant notablement plus élevés que ceux observés aux États-Unis et en Allemagne. La mise en pratique de la méthode a permis de comparer l’exposition « interne » modélisée aux imprégnations biologiques mesurées des couples mères-enfants des cohortes constituées, et les projets de recherche MécoExpo et HypoMeco (laboratoire PériTox). Le calcul d’exposition a été réalisé sur la région Picardie avec les données disponibles sur l’année 2013.

L’originalité de ce projet est d’associer des approches classiques et des outils innovants pour évaluer l’exposition depuis la source de pollution jusqu’au devenir du polluant dans les populations étudiées. S’agissant des pesticides, le défi est d’autant plus grand que les expositions à cette famille de polluants se caractérisent par la multiplicité des voies d’exposition (alimentation, eau, air, sol). En outre, jusqu’à récemment, la contamination du milieu « air » par les pesticides était peu documentée.

Le projet CartoExpo a également permis de construire des passerelles entre les différentes équipes travaillant sur les pesticides. La démarche de caractérisation du continuum « source-environnement-population » de l’exposition nécessite l’adaptation et la combinaison de plusieurs types d’outils développés par l’Ineris : les systèmes d’information géographique (SIG) pour représenter les niveaux d’exposition dans l’espace ; les modèles d’exposition multimédia pour évaluer les transferts de polluants dans l’environnement ; la modélisation atmosphérique pour estimer la présence de polluants dans l’air ; des modèles pharmacocinétiques physiologiques PBPK pour prédire l’imprégnation biologique dans une population.