AUTOPPHENO – Suivi automatisé des papillons ravageurs pour caler les interventions de gestion (processionnaire du pin)

Compte rendu d'études | Mise à jour : août 2019

Thématiques : Méthodes de lutte et biocontrôle, Suivi des ravageurs, des maladies des plantes, des espèces envahissantes, Prévention et prophylaxie

Région : Échelle nationale

Année : 2018

Auteur moral (structure) : INRA-UEFM Consulter le site INRA-UEFM

AUTOPPHENO [Étude de technologies automatisées de monitoring des adultes Lepidoptères ravageurs afin d'optimiser les périodes d'utilisation des stratégies de lutte en alternative aux produits phytopharmaceutiques]

> Modèle d'étude : Processionnaire du pin (Thaumetopoea pityocampa).

Depuis le milieu des années 2000, la phénologie de la processionnaire du pni évolue sous l'effet du changement climatique, se traduisant par un allongement de la période à risque majeure (processions de nymphose) et par une plus grande difficulté à mettre en œuvre au bon moment les méthodes de lutte disponibles tout au long du cycle biologique. Une meilleure connaissance de ces changements est donc essentielle pour une gestion de ce ravageur durable et respectueuse de l’environnement.

Pour étudier la phénologie de la processionnaire du pin, des méthodes de monitoring (suivi des vols) à l’aide de pièges phéromonaux ont été testées/développées par l’INRA. Ces méthodes bien qu’efficaces (pour les modèles de type piège à entonnoir) sont trop consommatrices en ressources humaines pour permettre un suivi à un pas de temps fin et être déployées à grande échelle (nécessite de réaliser un relevé manuel hebdomadaire du piège). Pour palier à ces difficultés, l'INRA (unités URZF et UEFM) a étudié le potentiel de pièges automatisés. Trois systèmes de piégeage de papillons ont été étudiées : le collection bottle rotator, le captrap et le trapview.

L'étude a permis de mettre en avant que le positionnement du piège est déterminant, les captures étant favorisées lorsque le piège est placé en hauteur et en milieu ouvert. Concernant les modèles testées, le collection bottle rotator n'est pas conseillé du fait des pannes récurrents dont il fait l'objet. Les 2 autres systèmes se sont révélées fiables et faciles d'utilisation, et peuvent permettre, si installés en quantité suffisante, de réaliser un suivi des vols et d'ainsi estimer quand positionner les interventions sur chenilles.

Ce projet a été financé dans le cadre du plan Ecophyto

Pour en savoir plus sur ce programme : https://www6.paca.inra.fr/entomologie_foret_med/Projets/AUTOPPHENO